Museon Arlaten : Le musée

Zoom sur les collections

   

Sonnaille

Sonnaille

Copyright

Cloche de type redoun monté
Dernier quart du XIXe siècle
Alliages cuivreux et ferreux, bois, cuir, os, fibre végétale
27,5 x 26 x 14 cm
Inv. 2003.0.5090

Description longue

 Attribut emblématique des troupeaux lors de la transhumance, la « sonnaille » désigne un ensemble complet comportant cloche, battant, collier et clavette, traditionnellement achetée à la foire du regret d’Arles. Les « redons » (redoun), cloches de grande taille et de forme pansue, sont surtout fixés au cou des moutons castrés, des chèvres, des boucs et des brebis meneuses pour la montée à l’estive. La cloche est réalisée à partir d’une plaque métallique emboutie puis étamée de cuivre. Le battant, souvent en os d’âne, fixé par une lanière de cuir, produit un son grave, puissant. Souvent, le berger prend soin d’harmoniser la sonorité des redons au sein d’un même troupeau. La clavette, pièce de bois en forme de clou en Languedoc et de corne enroulée en Provence permet de fermer le collier.
Les colliers étaient autrefois souvent réalisés par les bergers eux-mêmes. Leurs sculptures en réserve, réalisées à l’aide d’outils simples tels que les couteaux ou poinçons facilement transportables lors des transhumances, étaient pour eux une façon de mettre en valeur leur savoir-faire et leur imaginaire.
Outre leur fonction utilitaire, ces objets revêtent également une dimension décorative, et parfois même symbolique. Les mêmes motifs ornementaux se retrouvent sur l’ensemble du pourtour méditerranéen et sur les chemins de la transhumance, jusque dans le Queyras par exemple où les bêtes montaient pâturer en été.
A ces simples formes géométriques se substituent parfois des scènes historiques. Faisant référence à l’actualité de l’époque, celles-ci nous rappellent que la société rurale des siècles passés était loin de vivre repliée sur elle-même.
Dès la fin du XIXe siècle, Frédéric Mistral n’hésite pas à acquérir de nombreuses sonnailles auprès de fournisseurs tels que Simon à Carpentras ou auprès du pâtre Joseph Blanc à Maillane. Les collections du Museon Arlaten sont aujourd’hui riches de nombreux exemplaires qui reflètent la typologie des cloches utilisées, la diversité de leur répertoire décoratif et son évolution.