Museon Arlaten : Le musée

Zoom sur les collections

   

Talisman - amulette

Talisman -

Copyright

Fin XIXe siècle
Passementerie, os et peau de taupe
16 x 7 x 1 cm
Inv.2002.0.2302 (1-2)
Don Frédéric Mistral, 1900

Description longue

Dans les sociétés traditionnelles, mort et naissance sont souvent associées à cause des dangers liés à l’accouchement et aux premiers jours de la vie. Ainsi, de nombreux rituels de protection y ont référence et plus particulièrement lors de la petite enfance.
Des rituels ont lieu au moment de la percée des dents, redoutée parce qu’elle provoque des cris nocturnes qui, trop prolongés, entraînent des convulsions, et parce qu’une mauvaise dentition peut perturber le sevrage.
Parmi les objets talismaniques liés au « mal de dents », on trouve dans les collections du Museon Arlaten cet escudet, ou petit écu, un sachet d'étoffe sur lequel ont été cousues quatre pattes de taupe. Magique, caché au regard, il était porté autour du cou par les nourrissons afin d’accompagner la dentition. Cette pratique n'est pas spécifique à la Provence. On trouve des cas similaires dans d'autres régions telles que l'Aube, la Vendée, la Seine et même l'Amérique du Nord.
La patte de taupe était généralement coupée sur l'animal vivant. Celui-ci, souffrant à la place de l'enfant lui épargnait la douleur.
Selon la légende, les fées s'étant révoltées contre Dieu, furent punies et changées en taupes, animaux chtoniens, c'est-à-dire unis au monde souterrain et à la mort, condamnés à ne jamais voir le jour. Les pattes de la taupe ressemblent à de petites mains, ce qui, dans la croyance populaire, prouve la réalité de cette métaphore.
Cette amulette fait partie d'un ensemble d'objets collecté à Marsillargues (Hérault) par le Docteur Emile Marignan (1847-1937), collaborateur de Frédéric Mistral. Ces objets prophylactiques, d'origine animale ou minérale, étaient choisis pour leur forme rare, leur couleur ou leur dénomination. Transmis d'une génération à l'autre, ils protégeaient ceux qui les possédaient contre le mauvais sort, la maladie ou le malheur.
Cette « médecine » populaire, souvent issue d'une culture savante antérieure, révèle un univers mental très organisé, aux lois précises.