Museon Arlaten : Le musée

Ressources...  >  Recherche scientifique  >  Rapports de recherche

Rapports de recherche

Les ateliers SNCF d'Arles : mémoire de cheminots

Lieux d’une mémoire encore souvent méconnue, les ateliers SNCF ont joué un rôle majeur dans la vie et l'imaginaire des Arlésiens, entre 1843 et 1985. Autrefois oubliés par le Museon Arlaten lors de son projet de constitution d’un patrimoine provençal, ils apparaissent aujourd’hui comme un pan incontournable de l’histoire locale, dont il semble urgent de garder une trace. Ils accueilleront en outre prochainement les collections non exposées du Museon, au sein de son Centre d’Etude de Restauration et de Conservation des œuvres, installé dans l’ancien Atelier des Roues. En 2003-2004, une recherche historique menée par Maëlle Quéré a posé les fondements d’une étude du monde ouvrier, et plus particulièrement cheminot, de la ville d’Arles. En 2005, les photographes David Huguenin et François Deladerrière ont interrogé le site des ateliers, croisant deux regards et deux techniques – le numérique et la chambre photographique – sur un espace en attente de transformation. Ces approches sont complétées depuis 2007 par une importante enquête de terrain menée par l’ethnologue Kristel Amellal, visant à collecter la parole de ceux qui ont fait vivre les ateliers.

Reines d’Arles

Créée en 1930 pour célébrer le centenaire de la naissance de Frédéric Mistral, l’élection de la reine d’Arles est depuis l’origine liée aux thématiques du Museon Arlaten. Plus de soixante-quinze ans après, le musée interroge cette pratique, afin de comprendre son rôle dans la société provençale actuelle. Un travail en archives réalisé en 2006 a permis de mettre à jour et d’analyser des données aujourd’hui éparpillées. 2008, année d’élection de la 20ème reine d’Arles, a servi de cadre à une enquête de terrain réalisée par Florie Martel, ethnologue travaillant caméra au poing. En 2009, l’étude s’attache désormais à suivre les premiers temps du règne de la lauréate et de ses demoiselles d’honneur, ainsi que de leur entourage proche. Dans son prolongement, cette recherche s’intéressera également aux « héritières » de la reine d’Arles dans les villages alentours.


Stèle commémorative du Bachaga Boualam

Abderahmen Moumen, historien, De Beni Boudouanes à Mas Thibert (entre Crau et Camargue, histoire et mémoire des familles d'anciens supplétifs), 2006

Une des thématiques de fond du Museon Arlaten consiste en une réflexion sur les divers groupes sociaux et/ou ethniques qui composent la population provençale actuelle.
Le hameau de Mas Thibert, ayant accueilli plusieurs vagues successives de populations immigrées, en particulier d'anciens harkis, constitue un terrain d'étude privilégié dans le cadre de cette problématique.
En 2005 et 2006, l'historien Abderahmen Moumen, spécialiste de l'histoire des rapatriés, pieds-noirs et harkis dans la basse vallée du Rhône s'est intéressé au cas particulier de Mas Thibert, terre d'accueil de la figure historique du Bachaga Boualam. A travers la question de l'immigration en Provence, son travail permet de manière plus large de s'interroger sur les modalités de construction d'une supposée identité régionale.

Crue du Rhone à Arles en 2003

Jean-Marc Mariottini, ethnologue, Mémoires d’inondés, 2005

Résumé :

Ce rapport de mission conclut l’enquête réalisée entre avril et décembre 2005 auprès de victimes de l’inondation de décembre 2003 dans les quartiers du nord de la ville d’Arles.
Après un bref rappel des faits, l’analyse s’intéresse tout particulièrement au point de vue des sinistrés, donnant à voir une dimension humaine, hautement subjective et sensible, de la catastrophe.
Matière de cette étude, trente-quatre témoignages oraux ont été recueillis, à partir desquels sont explicitées la perception de l’événement par les victimes et leur relation au fleuve Rhône, tant à travers leurs pratiques que leurs représentations mentales.
(entretiens non diffusés)


Maëlle Quéré, Les ateliers ferroviaires d'Arles, 1843-1985 (sur les traces d'un passé industriel), 2004

Fruit d'un important travail de recherches en archives, compliqué par les lacunes et la dispersion des fonds, cette étude tente de retracer l'histoire des ateliers SNCF de la ville d'Arles, de leur construction en 1844 jusqu'aux premices de leur reconversion après 1985.
Maëlle Quéré nous livre une approche documentée et vivante de l'implantation des ateliers dans le tissu urbain, posant les jalons d'une analyse de la constitution de l'identité cheminote à Arles.

Berger et son troupeau

Frédérique Roy, ethnologue, Eléments d’enquêtes sur les professions actuelles liées au pastoralisme ovin dans les Bouches-du-Rhône

Enquête scientifique réalisée en 2003 dans le cadre de l’exposition « Bergers de Crau : au-delà de l’image » :

Résumé :

Rencontres et entretiens avec divers professionnels de la filière pastorale ovine en PACA (assembleur et revendeur de sonnailles, tondeurs-attrapeurs, éleveurs herbassiers). L’enquête, laissant une large place à la parole des individus, permet de découvrir des parcours singuliers et des professions multiples, établissant que le mot « berger » recouvre des réalités fort différentes. Chacun de ces itinéraires témoigne en outre d’un changement d’activité subi ou volontaire, dessinant ainsi les contours d’un monde pastoral en mutation.


Lampe qu'utilisent les bergers

Guillaume Lebaudy, ethnologue ; Franck Pourcel, photographe : Cabanéjer  

Enquête scientifique réalisée en 2003 dans le cadre de l’exposition « Bergers de Crau : au-delà de l’image » :

Résumé :

Enquête en duo dont le but était de montrer les bergers transhumants dans leur temps et leur espace professionnel, mais également dans leur quotidien domestique, entourés de leurs objets, de rendre compte des différents modes d’habitat (maisons, cabanes, cabanons…). Images et mots recueillis par le photographe et l’ethnologue font naître un récit sur la vie en Crau, quand on fait le métier de berger.


Détail d'un graffiti

Guillaume Lebaudy, ethnologue :

Enquête scientifique réalisée en 2003 dans le cadre de l’exposition « Bergers de Crau : au-delà de l’image » :

Résumé :

Sur les murs des bergeries de Crau, encore utilisées de nos jours, se trouvent des centaines de graffiti gravés aux XIXe et XX e siècles par des générations de bergers, qui y laissèrent dates, patronymes, initiales… constituant ainsi de véritables « archives » de la transhumance et des mouvements migratoires des bergers alpins. Outre un inventaire photographique et graphique sur une quinzaine de bâtiments situés dans la zone de Centre-Crau, à l’Est d’Arles, l’ethnologue étudie l’emprise du berger sur son territoire.


Atelier de fabrication de colliers de sonnailles

AnneElène Delavigne, ethnologue :   

Enquête scientifique réalisée en 2003 dans le cadre de l’exposition « Bergers de Crau : au-delà de l’image » :

Résumé :

Deux entreprises des Bouches-du-Rhône (Atelier Servel / Cabiron, société Alazard et Roux) sont envisagées dans un processus de re-définition d’une activité traditionnelle : abattage et découpe, boucherie - charcuterie d’une part, revente de matériel de berger et fabrication de colliers et battants de sonnailles d’autre part. Ces deux entreprises sont liées, l’atelier de Raphèle récupérant les os de bovins pour fabriquer les battants de sonnaille.
Chacune à leur manière, ces entreprises utilisent, relisent et réinventent le patrimoine et la « tradition » régionale liés aux activités pastorales et mettent en oeuvre un processus de patrimonialisation.


Fête de la transhumance

Corinne Cassé, ethnologue : Fêter ensemble la transhumance ou comment revenir à la source, éléments d’analyse anthropologique

Enquête scientifique réalisée en 2003 dans le cadre de l’exposition « Bergers de Crau : au-delà de l’image » :

Résumé :

Les fêtes de la transhumance sont de plus en plus nombreuses dans les villes provençales. Moments de commémoration d’une activité pastorale révolue (la transhumance à pied), elles remportent les faveurs du public, dont la demande de « consommation de traditionnel » est de plus en plus forte, sans laisser toujours une place bien définie aux professionnels encore en exercice. Cependant, leur succès laisse penser que la transhumance occupe une place particulière dans l’imaginaire régional.


Enquête photographique de Franck Pourcel, photographe et ethnologue : Les bergers de la Crau et Fêtes de la transhumance

Enquête scientifique réalisée en 2003 dans le cadre de l’exposition « Bergers de Crau : au-delà de l’image » :
Franck Pourcel a réalisé pour le Museon Arlaten une enquête photographique sur les bergers de Crau, rassemblant ainsi une centaine de documents en noir et blanc.
Il a également effectué une enquête lors de fêtes de la transhumance à Istres et Salon-de-Provence.
On peut découvrir une partie de son travail dans le catalogue d'exposition « Bergers de Crau : au-delà de l'image ».