Museon Arlaten : Le musée

La rénovation  >  Les travaux  >  En 2018  >  La...

La restauration de la Chapelle des Jésuites est lancée

La vie du chantier - La restauration de la Chapelle des Jésuites, nouvelle extension du Museon Arlaten, est en cours. La forêt d’échafaudages a permis à notre photographe Rémi Bénali d’approcher pour la première fois au plus près de la haute voûte de l’édifice et d’en fixer sur pellicules les détails : clefs, blasons, mascarons…

Papauté, doctrine chrétienne et pédagogie innovante
 
En 1649, la Compagnie de Jésus, congrégation fondée en 1539 et dont les membres prêtent directement allégeance au pape, installe un collège dans l’Hôtel de Laval qui forme la partie Nord-Ouest de l’actuel Museon Arlaten. Dès 1654 débutent les travaux de la Chapelle, sur un espace occupé jusqu’alors par le jardin de l’Hôtel. Par ses activités, notamment éducatives, la Compagnie exerce une forte influence sur la société de l’époque. C’est du reste son but : ces « Jésuites » sont des ambassadeurs et des militants de la Réforme catholique, autrement dit la nouvelle doctrine échafaudée par Rome pour faire face au Protestantisme. Premier ordre à se fixer une mission d’enseignement, la Compagnie de Jésus emploie des méthodes pédagogiques innovantes et propose un enseignement à la fois religieux et humaniste. On peut ainsi dans leurs établissements étudier des auteurs antiques, faire du théâtre ou suivre un enseignement scientifique pointu. Les remises de diplômes dans les collèges sont alors des évènements très courus, confirmant le rayonnement de la congrégation parmi les notables.
 
 
Le blason des donateurs, qui figure sur la voûte en bois.
 
 
Histoires contrastées
 
Mais le succès des Jésuites n’a qu’un temps. Combattus sur tous les fronts (religieux, philosophique et pédagogique), jalousés pour leur rayonnement international (un vaste réseau de missions recouvrait la planète, de l’Asie à l’Amérique du Sud), les Jésuites se voient reprocher en France d’être inféodés au pape. Ils sont chassés du royaume en 1763 et leurs 200 collèges y sont fermés. La congrégation sera même finalement -et temporairement- dissoute par… le pape lui-même en 1773.
Les Jésuites partis, la Chapelle fut à nouveau utilisée par le collège, devenu municipal. Désaffectée en 1873, elle servit de lieu de stockage de denrées alimentaires avant de retrouver un peu de lustre en 1936 lorsqu’y ouvre un Musée d’Art Chrétien ; les collections de ce dernier sont transférées en 1995 au Musée de l’Arles antique. Le Département devient propriétaire de la bâtisse en 2000 et la rattache au Museon Arlaten.
Restaurée et reliée à « l’ancien » Museon Arlaten, la Chapelle accueillera des expositions temporaires et abritera des dispositifs numériques permanents qui vous diront tout sur ce joyau architectural ainsi que sur son retable monumental du 17e dont nous vous reparlerons bientôt./
 
P.S. : Ce trop court résumé est basé sur un imposant travail de recherche accompli par Vanessa Eggert, historienne de l'art et archéologue du bâti en milieu urbain médiéval, et Nadia Naudeix, historienne de l’art.
 
Crédits Photos : cd13-Coll.Museon Arlaten © Rémi Benali
 
 
Le plancher (très) surélevé de l'échafaudage...Attention au vertige. 
 
 
Ce plafond en bois de peuplier imite une voûte en pierre.
Il était à l’origine recouvert d’un lait de chaux qui donnait une couleur blanche comme la pierre.
 
 
Un mascaron.
 
 
La Chapelle, avant restauration.