Museon Arlaten : Le musée

Collections  >  Dioramas  >  Veillée de noël

Veillée de noël

Cette présentation grandeur nature évoque l'un des temps forts de la vie en Provence, la veillée de Noël dans un mas de la région d'Arles.

Diorama de le Veillée de Noël

Détail du mannequin d'Elisabeth Grange (nouvelle fenêtre) Foyer de la cheminé du diorama (nouvelle fenêtre) Détail du mannequin du gardian (nouvelle fenêtre) Détail du mannequin du berger (nouvelle fenêtre) Détail d'un des bougeoirs de la table (nouvelle fenêtre) Détail d'un plat de pommes factice (nouvelle fenêtre) Détail d'un plat d'escargots (nouvelle fenêtre) Détail du blé de la sainte Barbe (nouvelle fenêtre)

En Provence, les fêtes du cycle de Noël sont nommées Calèndo en référence aux Calendes de janvier ou premiers jours de chaque mois chez les Romains, et durent jusqu’à la Chandeleur, le 2 février. D'abord fêtes païennes, elles sont ensuite adoptées par les chrétiens et confondues avec celles de la Nativité. Croyances populaires et religion s'entremêlent.
Nous voici donc dans la salle commune (pièce principale) d’un mas du pays d’Arles. Personnages, mobilier et ustensiles liés à la vie domestique créent un instantané de la veillée de Noël telle qu'elle pouvait se dérouler dans certaines familles provençales, au cours du XIXe siècle. Différents rituels ayant cours le soir du 24 décembre sont ici représentés : bénédiction de la bûche et libation, repas maigre, départ pour la messe de Minuit…
Au centre, sur la table, est dressé le « gros souper » autour duquel se sont réunis les membres de la famille et les employés de la ferme, identifiables par leurs costumes et un attribut de leur activité (trident, bâton, canne).
Le diorama de la veillée de Noël se nourrit également des souvenirs personnels de Frédéric Mistral (Mémoires et récits, 1906) ainsi que de son œuvre poétique, cette scène semblant tout droit sortie des notes de  Mirèio  / Mireille (1859).