Museon Arlaten : Le musée

Le musée  >  Mécénat  >  "Ciel mes bijoux!"

"Ciel mes bijoux!"

Effacer les séquelles du cambriolage de 1911, reconstituer une belle collection de bijoux !

 

 
D'où vient le projet ? « Vous aurez appris par les journaux d’aujourd’hui que le Museon a été cambriolé. Les malandrins ont escaladé par une fenêtre de la Rue Balze dans la dernière nuit d’orage et volé les bijoux que nous avions, offerts la plupart par Ch-Roux.» (extrait d’une lettre de Frédéric Mistral, datée du 18 mai 1911).
Objectif du Museon : soutenir la reconstitution d’une collection de bijoux anciens, grâce à un plan d’acquisition concerté, en collaboration avec les entreprises et des experts des ventes publiques.
  Récemment, le Museon Arlaten s’est par exemple porté acquéreur de deux agrafes de clavier, d’un clavier, d’une croix.
Les bijoux à leur façon nous racontent toute une histoire, ainsi la bague d’aï, objet d’un spectacle musical de Rita Macedo et Patrick Vaillant, proposé en 2012 par le Museon Arlaten dans le cadre de sa programmation Hors les Murs (Le Voyage des 10).
La bague d’aï (bago d'aï en provençal) 
Curiosité portée par les Arlésiennes, elle est composée de verre filé et surmontée d’un petit rat. Gage d’amour, elle remplaçait souvent la bague de fiançailles dans les milieux populaires. Sa fragilité est à l’origine de son nom, on criait « aïe » lorsque, par malheur, elle se cassait. Apparut au XVIIe siècle à la foire de Beaucaire, elle connut un vif succès jusqu’au milieu du XIXe siècle.



Vignette Bijoux